Ce site utilise des cookies pour simplifier et améliorer votre utilisation et expérience de ce site Web. Les cookies sont des petits fichiers texte enregistrés sur l'appareil que vous utilisez pour accéder à ce site Web. Si vous ignorez ou fermez ce message et continuez de naviguer sans désactiver les cookies dans les paramètres de votre navigateur, nous assumons que vous consentez à notre utilisation des cookies sur ce site Web. Pour plus d'informations sur notre utilisation des cookies, veuillez consultez nos conseils d'utilisations et notre déclaration de confidentialité.

Podium pour Dylan Pereira aux 24 Heures de Dubaï

Publié le 17/01/2022

Podium pour Dylan Pereira aux 24 Heures de Dubaï
Automobile

Début de saison en fanfare pour Dylan Pereira: lors des 24 heures de Dubaï, une course très
disputée, le Luxembourgeois a pris la troisième place dans la catégorie GT3 Pro-Am avec les trois
pilotes amateurs russes Andrey Mukovoz, Stanislav Sidoruk et Sergey Peregudov. Au classement
général, le quatuor s'est classé 12e.

"C'est un bon résultat - si on me l'avait dit avant, je l'aurais signé tout de suite", a déclaré Pereira.
"Mais avec le recul, je dois dire que nous aurions pu faire encore mieux, car nous avons eu quelques
problèmes techniques entre-temps, qui nous ont fait prendre du retard". Le pilote de 24 ans a été de
loin le plus rapide au volant de la Porsche 911 GT3 R numéro 93, et a effectué quelques relais
impressionnants, notamment la nuit : "Le fait que j'ai parfois roulé plus vite que les futurs vainqueurs
me donne bien sûr un bon sentiment. Mais je suis surtout heureux que la collaboration entre trois
équipes, Lechner Racing, DUWO du Luxembourg et Herberth Motorsport, qui a rendu cet
engagement possible, ait si bien fonctionné".

Les 24 heures de Dubaï représentent un défi tout particulier pour les pilotes : "À certains égards,
cette course est même plus difficile que les 24 heures du Mans. Car ici, au lieu de 60 voitures, il y en
a 80, sur un circuit qui fait nettement moins de la moitié de sa longueur", explique Pereira. "Cela
signifie un nombre incroyable de dépassements - on dépasse parfois 15 voitures en un seul tour. Et
certains amateurs sont alors un peu imprévisibles, ils suivent des lignes auxquelles on ne s'attendrait
jamais". En ce sens, c'est déjà une grande réussite "que nous soyons tous passés sans trop de
problèmes. Il n'y a eu que quelques égratignures sur la voiture - c'est tout" !


Communiqué de presse de Dylan Pereira

📸 Jorge Pereira
 


Vers le haut